H Le « Dictionnaire du Strabisme » de Philippe Lanthony
Handicap

Définition générale: épreuve dans laquelle on égalise les chances des concurrents (Littré).
Appliqué à la strabologie, le terme signifie qu’on a équilibré les deux yeux, au point de vue de l’acuité visuelle, afin d’obtenir une alternance ou une bascule (cf.).
« Handicap  » est donc différent de « pénalisation  », qui signifie seulement qu’on a gêné un des yeux
; autrement dit, la pénalisation est une façon d’obtenir un handicap.

Référence: Julou, 1972.
Haplopie
Nom féminin

Vision binoculaire simple (Haplos, gr.: simple; opie, gr.: vision).
Antonyme
: diplopie.
Le terme « haplopie  », très utilisé naguère, est tombé en désuétude, et c’est regrettable. Son équivalent actuel
: « vision binoculaire simple  » a le double inconvénient d’être encombrant et en même temps peu explicite; « simple  » signifie ici: « non dédoublé  », mais ce n’est guère évident.
« Haplopie  » a pour lui d’être logique, univoque, et de tout exprimer en un seul mot
; il a son antithèse exacte avec « diplopie  ». Et il serait en somme souhaitable de l’utiliser couramment.
Mots dérivés
:

Haploscope

Tout appareil permettant de réaliser l’haploscopie (cf.) tels que les stéréoscopes, diploscope, synoptophores et appareils analogues, projecteurs polarisés, appareillages de Hesslees, de Lancaster et analogues, haploscope à différence de phases, etc.

Haploscopie

Méthode générale consistant à séparer les tests objets présentés à chacun des deux yeux, au moyen d’un système réglable permettant de les superposer visuellement. Les procédés de séparation des deux yeux sont multiples: écrans; systèmes optiques de miroirs ou de prismes; couleurs complémentaires; polarisation; différence de phases; etc.

Harms (zone de)

Zone rétinienne de l’œil dévié sur laquelle se forme l’image de l’objet fixé par l’œil dominant.
Cette image peut être
:

• Soit perçue avec diplopie (correspondance rétinienne normale);
• Soit perçue sans diplopie (correspondance rétinienne anormale harmonieuse)
;
• Soit non perçue (neutralisation).

Synonyme:

• Point zéro de Jampolsky: définition opérationnelle lors de la mesure du strabisme aux prismes ou au synoptophore; inconvénient du terme: il y a d’autres points zéro (cf.);
• Scotome du point de fixation (Harms)
: terme équivoque qui peut prêter à confusion avec le scotome central de l’amblyopie et qu’il vaut mieux éviter.

Il ne faut pas confondre la zone de Harms avec:

• D’une part, le point (ou centre) d’anomalie (cf.): zone rétinienne de l’œil dévié qui est devenue correspondante de la macula de l’œil dominant en cas de correspondance anormale; elles peuvent cependant coïncider si la correspondance est anormale harmonieuse;
• D’autre part, la zone rétinienne de fixation excentrique en cas d’amblyopie
; elles peuvent cependant parfois coïncider, notamment au cours des microtropies.
Références: Harms, 1937; Linksz, 1971.
Hering (Ewald)
Loi de Hering

Loi de correspondance motrice exprimant que les muscles des deux yeux agissent en synergie ou en antagonisme:

• En synergie: chaque muscle d’un œil a un synergique dans l’autre œil qui se contracte et se relâche en même temps que lui;
• En antagonisme
: chaque muscle d’un œil a un antagoniste dans l’autre œil qui se relâche quand il se contracte, et qui se contracte quand il se relâche.

Cependant cette loi se complique suivant la direction et la forme du mouvement: un muscle synergique dans une action pouvant être antagoniste dans une autre action.

Référence: Hartmann, 1955.
Haploscope de Hering

Premier haploscope à miroir utilisé pour l’étude clinique de la vision binoculaire. Tests de Hering
Au moins deux tests restent attachés au nom de Hering
:

Fallversuch, ou drop-test: épreuve de stéréoscopie dynamique, par détermination de la chute d’une bille en avant ou en arrière d’un fil horizontal.
Post-Images de Hering

Test de correspondance rétinienne.
Il consiste à provoquer une post-image verticale sur un œil puis une post-image horizontale sur l’autre œil.
Les réponses sont
:

¬ Perception d’une croix exactement centrée: correspondance rétinienne normale;
¬ Perception d’une croix non centrée (voire d’images séparées)
: correspondance rétinienne anormale. L’écart entre les deux images représente l’angle d’anomalie.

Test perfectionné par Bielschowsky, puis par usage d’un flash électronique.

Hétéro
Préfixe

Préfixe signifiant, d’une façon générale: « autre  ». (gr.: heteros).
En strabologie, il présente deux significations différentes selon qu’il s’oppose à « homo  » ou à « ortho  ».

« Hétéro  » opposé à « homo  »

C’est le sens courant, qui signifie qu’un corps, un objet ou un ensemble est composé d’éléments de natures différentes entre elles; ex.: hétérogène, hétéroclite; en physiologie ce sens est particulièrement indiqué, car de nombreux éléments de l’organisme sont pairs (et symétriques), et les préfixes « hétéro  » et « homo  » indiquent ainsi qu’il s’agit soit de l’un soit de l’autre.
Mots dérivés
:

Hétérolatéral: de l’autre côté du corps par rapport au plan sagittal médian. Hétérométropie: synonyme d’anisométropie (cf.), qui est préférable car il ajoute une idée de mesure.
Hétéronyme: au sens strict: « d’un nom différent  »; en strabologie se rapporte à l’autre côté (du corps), est donc à un sens voisin de: « hétérolatéral  »
Hétéroréfraction: synonyme d’anisoréfraction, qui est préférable car il ajoute une idée de mesure.
Hétérotopie

Terme exprimant qu’un organe, un tissu, ou une partie d’organe ou de tissu ne siège pas à sa place anatomique normale. Ne pas confondre: « hétérotopie  » et « hétérotropie  » (cf.).

Hétérotopie maculaire

Siège anatomique anormal de la macula, soit congénitale, soit secondaire à une autre maladie.
Les causes en sont multiples
: colobomes, traumatisme obstétrical, fibroplasie rétrolentale, chorio-rétinite (toxoplasmose), angiome, etc.
Son intérêt en strabologie est double
: cause de pseudo-strabisme; confusion possible avec une cyclotropie (Weiss, 1964).

« Hétéro  » opposé à « ortho  »

Dans le langage courant, le sens est surtout figuré; par ex. « hétérodoxe  »: « opinion s’écartant de l’opinion commune  » est opposé à « orthodoxe  »: « opinion correcte, ou, du moins, généralement acceptée  ». Mais en strabologie, le vocabulaire joue sur l’ambivalence du terme; et comme « ortho  » veut dire à la fois que les yeux sont « droits  » (au sens anatomique) et que c’est cela qui est normal, correct, le préfixe « hétéro  » signifie à la fois: « écart de la rectitude anatomique  » et « écart de la normale  ». C’est à Stevens (1887) que nous devons cette très ingénieuse double signification. Mots dérivés:

Hétérophorie

Déviation strabique latente, révélée par une dissociation suffisante dont l’interruption est suivie de restitution sensorielle et motrice.

• Il n’est pas possible de donner une définition simple de l’hétérophorie; elle fait appel à des notions de base préalables auxquelles il est nécessaire de se reporter:

Déviation, Latence, Dissociation, Restitution (cf.).

• Il ne faut pas définir l’hétérophorie comme une « tendance à la déviation  », comme y a insisté souvent Lancaster; le terme « tendance  » est vide de sens au point de vue physiologique. Il ne faut pas dire non plus « latence due à la fusion  »; c’est sans doute exact, mais ce n’est plus une définition, c’est un mécanisme pathogénique.
• L’hétérophorie est désignée par son sens au moyen d’un préfixe qui remplace
: hétéro: exo, éso, hyper, hypo, incyclo, excyclo (cf.).
• L’hétérophorie se distingue
:
¬ Non seulement d’hétérotropie,
¬ Mais aussi de
: phorie-tropie, phorie monofixationnelle (cf.).

Synonyme: strabisme latent; phorie: court et pratique, bien que moins précis. Références: Hartmann, 1946: Braun-Vallon, 1948.

Hétérotropie

Déviation strabique, en général permanente et manifeste.

• Hétérotropie n’est pas synonyme de strabisme: strabisme est en effet un terme plus général, qui inclut les déviations latentes (hétérophories), intermittentes (phories-tropies) et permanentes (hétérotropies proprement dites).
• « Permanente  » oppose les hétérotropies aux déviations latentes (hétérophories) qui sont seulement révélées par la dissociation, et aux déviations intermittentes (phories-tropies) qui n’existent que par moments. Néanmoins on parle couramment aussi de « tropie intermittente  ».
• « Manifeste  » oppose les hétérotropies aux strabismes non manifestes, c’est-à-dire soit latents (hétérophories) soit guère visibles (microtropies).
• « En général  » indique les exceptions possibles, concernant les tropies non permanentes (par intermittence, par incomitance) ou non manifestes (microtropies).
• L’hétérotropie est désignée par son sens au moyen d’un préfixe qui remplace hétéro
: exo, éso, hyper, hypo, incyclo, excyclo (cf.).
• Hétérotropie se distingue
:
¬ Non seulement d’hétérophorie,
¬ Mais aussi de
: phorie-tropie.

Synonyme: strabisme manifeste; strabisme patent; « tropie  »: court et pratique, et beaucoup plus utilisé qu’hétérotropie  », bien que moins précis.
Ne pas confondre
: « hétérotropie  » avec: « hétérotopie  ».

Hirschberg (test de)

Méthode de mesure objective de l’angle strabique, d’après la place du reflet cornéen par rapport au centre de la pupille (1874).
Pour Hirschberg, 1 mm de décentration du reflet correspond à 7 degrés, soit environ 12 dioptries prismatiques
; donc:

• Reflet décentré au bord de la pupille: 15 degrés,
• Reflet décentré au milieu de l’iris
: 30 degrés,
• Reflet décentré au limbe
: 45 degrés.

Pour Griffin (1978), les chiffres précédents sont un peu faibles, et il admet que 1 mm de décentration correspond à 12 degrés, soit 22 dioptries.
La décentration indique par son sens celui du strabisme, qui est en sens opposé
: la décentration est temporale en cas d’ésotropie, nasale en cas d’exotropie, vers le bas en cas d’hypertropie, etc.
Deux points importants à souligner
:

• Le reflet cornéen est situé symétriquement, à la même place dans chaque œil chez le sujet normal, mais pas nécessairement au centre; ce qui est normal, c’est la symétrie du reflet; ,
• L’angle kappa (cf.) modifie donc éventuellement la grandeur ap-pa-rente de l’angle strabique, soit en plus soit en moins
; on doit donc en tenir compte dans le test.

Le test d’Hirschberg est imprécis, mais cependant utile chez le jeune enfant et en cas de fixation excentrique.

Horizontal
Adjectif

Le qualificatif: « horizontal  » s’applique en strabologie aux termes suivants:

Déviation horizontale

Déviation oculaire qui se fait dans le plan horizontal, c’est-à-dire par rotation d’un œil autour de l’axe vertical de référence des mouvements oculaires (axe Z de Fick).
Il y a deux possibilités
: déviation en dedans (ésodéviation; cf.); déviation en dehors (exodéviation; cf.). Elles se définissent toutes les deux par le fait que les axes visuels des deux yeux restent compris dans le plan horizontal, mais cessent de se rencontrer au point de fixation.

Mouvement horizontal

Mouvement oculaire qui se fait par rotation de l’œil autour de l’axe vertical de référence des mouvements oculaires (axe Z de Fick).
Soit
: adduction, abduction.

Muscle horizontal

Muscle qui effectue les mouvements horizontaux de l’œil. Principalement le droit interne (adduction), le droit externe (abduction).

Horoptère
Nom masculin

Lieu géométrique des points objets de l’espace dont les images rétiniennes se forment sur des points rétiniens correspondants, dans des conditions données de fixation.
On distingue habituellement
:

Horoptère théorique: horoptère défini par des concepts seulement géométriques, et qui comporte: .
• Le cercle de Vieth-Muller: déterminé par le point de fixation et les points nodaux des deux yeux;
• L’horoptère torique
: déterminé par la rotation du cercle de Vieth-Müller autour de l’axe joignant les points nodaux des deux yeux.
Horoptère empirique: horoptère défini par des expériences physiologiques, qui montrent notamment:
• Que l’horoptère empirique est moins courbe que l’horoptère théo-rique (déviation de Hering-Hillebrandt);
• Que l’horoptère empirique a une épaisseur, correspondant aux aires dites de Panum de la rétine.
Références: Linksz, 1954; Ogle, 1962.
Horror Fusionis

Inaptitude, primitive ou secondaire, de certains strabiques à superposer ou à neutraliser deux objets visuels perçus de façon haploscopique, et se traduisant par des déplacements apparents incessants de ces objets l’un par rapport à l’autre. (Von Graefe, 1854; Bielschowsky, 1900).
Synonyme
: évasion maculaire; aversion maculaire (Keith-Lyle).

• L’horror fusionis vraie, primitive, spontanée avant tout traitement, et avec correspondance rétinienne normale, est exceptionnelle; c’est une « insuffisance de neutralisation  » (Crone, 1974).
• L’horror fusionis secondaire au traitement orthoptique ou chirurgical est plus fréquente
; elle doit être distinguée de la diplopie postopératoire rebelle.
Références: Javal, 1896; Bielschowsky, 1935; Malbran, 1953; Hamburger, 1970.
Hummelsheim (opération de)

Type des opérations de transposition musculaire (1909).
Utilisée après paralysie complète du droit externe, pour suppléer à l’absence d’abduction, la technique consiste
:

• À désinsérer la moitié externe des tendons du droit supérieur et du droit inférieur;
• Et à les réimplanter sur le tendon du droit externe déficient, au niveau de son insertion sclérale
;
• De très nombreuses variantes ont été décrites (O’Connor, Wiener, Jackson, Berens. etc.).
Hummelsheim inversée (opération de)

Utilisée après paralysie des deux élévateurs d’un œil; la technique consiste-:

• À désinsérer la moitié supérieure, ou le tendon entier, du droit externe et du droit interne;
• Et à les réimplanter au niveau de l’insertion sclérale du droit supérieur déficient.

Synonyme: opération de Knapp.

Hyper
Préfixe

Préfixe signifiant: « au dessus  » (gr.).
À deux sens différents
:

• Un sens intensif: pour exprimer l’excès d’une fonction (comme dans: « hypertension  »), d’un développement (comme dans: « hypertrophie  »), d’une constante humorale (comme dans: « hyperglycémie  »);
• Un sens topographique
: pour exprimer une position plus haut située dans l’espace.

En strabologie on utilise les deux sens du terme:

• Le sens intensif: dans hyperaction, hypercorrection, hypermétrie, hypermétropie, hypertélorisme;
• Le sens topographique
: dans hyperphorie, hypertropie.
Il n’existe pas moins de 6 synonymes qui sont utilisés par le langage médical:
Épi: sens topographique (ex.: épiderme); n’est pas employé en strabologie, et c’est peut-être dommage, car le terme est simple et clair (« épitropie  » vaudrait sans doute mieux que: « hypertropie  »).
Super: sens intensif (ex.: super-infection); non utilisé en strabologie.
Supra: sens topographique, utilisé en strabologie, avec la nuance d’indiquer un mouvement vers le haut: comme dans: « supraduction  ».
Sur: sens intensif (ex.: suralimentation); a l’avantage d’être simple et clair; utilisé en strabologie: comme dans: « surcorrection  », terme plus correct étymologiquement que: « hypercorrection  ».
Sursum: sens topographique, utilisé en strabologie, avec la nuance d’indiquer un mouvement vers le haut: comme dans: sursumduction, sursumversion, sursumvergence; terme correct, mais désuet.
Sus: sens topographique (ex.: sus-orbitaire); pas utilisé en strabologie.

Aux 7 mots synonymes précédents s’opposent 5 préfixes antonymes, qui sont:

• Hyper: hypo,
• Épi
: hypo,
• Super
: sub,
• Supra
: infra,
• Sur
: sous,
• Sursum
: deorsum,
• Sus
: sub.

Mots dérivés:

Hyperaction (musculaire)

Action excessive d’un muscle oculaire, appréciée par comparaison avec son synergique controlatéral lors des versions et avec son excursion normale connue lors des ductions, et se traduisant par un mouvement plus étendu que normalement dans sa direction d’action envisagée.

Hypercorrection

Correction thérapeutique excessive, fortuite ou délibérée, aboutissant à une situation inverse de la situation pathologique initiale.
Les principaux modes d’hypercorrection sont
:

Hypercorrection chirurgicale: correction chirurgicale excessive d’une déviation strabique, aboutissant à une déviation de sens contraire. Ex.: ésotropie devenant une exotropie.

L’hypercorrection chirurgicale peut être: soit volontaire pour stimuler une zone rétinienne sans neutralisation et obtenir une fusion secondaire; soit involontaire, par surestimation ou sous-estimation d’un des facteurs de la déviation.

Hypercorrection dioptrique (ou sphérique): correction excessive d’une amétropie, aboutissant à une amétropie de sens contraire (ex.: hypermétrope rendu myope par un verre convexe excessif).

L’hypercorrection dioptrique (sphérique) peut être: soit volontaire (par ex. en ajoutant délibérément + 3 à une correction d’hypermétropie pour réaliser une pénalisation de loin); soit involontaire, en général par négligence du facteur accommodatif.

Hypercorrection prismatique: correction excessive d’une déviation strabique au moyen d’un prisme, volontairement choisi trop puissant pour obtenir la stimulation d’une zone rétinienne dépourvue de neutralisation.
Hypermétrie

Désigne un mouvement qui dépasse son but.
Hypermétrie de refixation (Quéré, 1975): mouvement de refixation excessif, dépassant le point voulu, qui est refixé correctement après une ou plusieurs oscillations d’ajustement.

Hypermétropie

Amétropie dans laquelle l’image d’un objet à l’infini se forme, en l’absence d’accommodation, en arrière du plan de la rétine.
Synonyme
: hyperopie.
Dérivés
: hypermétrope (nom et adjectif); hypermétropique (adjectif).

Hyperphorie

Déviation strabique latente d’un des yeux vers le haut, par rapport à l’autre œil qui fixe.
Contrairement à toute réalité clinique, on parle toujours de l’œil le plus haut, de façon arbitraire
; autrement dit, « hyperphorie droite  » peut signifier aussi bien: déviation vers le haut de l’œil droit, que: déviation vers le bas de l’œil gauche; on ne dira donc pas: hypophorie gauche en ce cas.
L’intérêt de cette manière de faire se trouve dans l’usage aisé des abréviations, où une seule sorte peut être utilisée pour désigner les déviations verticales
: H.

Hyperphorie alternante

Mauvais synonyme de: « Déviation verticale dissociée  » (cf.); il ne s’agit pas en effet d’une phorie.

Hypertropie

Déviation strabique manifeste d’un des yeux vers le haut, par rapport à l’autre œil qui fixe.
Contrairement à toute réalité clinique, on parle toujours de l’œil le plus haut, de façon arbitraire
; autrement dit, « hypertropie droite  » peut signifier aussi bien: déviation vers le haut de l’œil droit, que: déviation vers le bas de l’œil gauche; on ne dit pas en ce cas: « Hypotropie gauche  ». L’intérêt de cette manière de faire se trouve dans l’usage aisé des abréviations, où une seule sorte peut être utilisée pour désigner les déviations verticales: HT.

Hypo
Préfixe

Préfixe signifiant: « au-dessous  » (gr.).
À deux sens différents
:

• Un sens intensif: pour exprimer l’insuffisance d’une fonction (comme dans: « hypotension  »), d’un développement (comme dans: « hypotrophie  ») d’une constante humorale (comme dans: « hypoglycémie  »);
• Un sens topographique
: pour exprimer une position plus bas située dans l’espace (comme dans: « hypophyse  »),

En strabologie, on utilise les deux sens du terme:

• Le sens intensif: dans hypo-action, hypocorrection, hypométrie, hypométropie, hypotélorisme;
• Le sens topographique
: dans hypophorie, hypotropie.

Il existe 4 synonymes qui sont utilisés par le langage médical:

• Deorsum: sens topographique, utilisé en strabologie avec la nuance d’indiquer un mouvement vers le bas, comme dans: deorsumduction, deorsumversion, deorsumvergence; terme correct, mais désuet.
• Infra: sens topographique, utilisé en strabologie avec la nuance d’indiquer un mouvement vers le bas, comme dans: « infraduction  ».
• Sous: sens intensif, utilisé en strabologie, comme dans: « sous-correction  », terme plus correct étymologiquement que: « hypocorrection  »; peut aussi être utilisé dans un sens topographique, comme dans: « sous-orbitaire  ».
• Sus: sens topographique; non utilisé en strabologie.

Aux 5 préfixes synonymes précédents s’opposent 7 préfixes antonymes, qui sont:

• Hypo: hyper, ou épi,
• Deorsum
: sursum,
• Infra
: Supra,
• Sous
: Sur,
• Sub
: Sus, ou Super.

Mots dérivés:

Hypoaction (musculaire)

Action insuffisante d’un muscle oculaire, appréciée par comparaison avec son synergique controlatéral lors des versions et avec son excursion normale connue lors des ductions, et se traduisant par un mouvement moins étendu que normalement dans la direction d’action envisagée.
Le terme « hypo-action  » ne fait pas partie de la terminologie médicale courante, à l’inverse de
: « hyperaction  »; c’est donc un néologisme strabologique, mais dont l’usage est parfaitement justifié par la clinique.

Hypocorrection

Correction thérapeutique insuffisante, fortuite ou délibérée, aboutissant à une réduction de l’anomalie primitive mais sans en changer le caractère et le sens.
Les principaux modes d’hypocorrection sont
:

• Hypocorrection chirurgicale: correction chirurgicale insuffisante d’une déviation strabique, aboutissant à une déviation de même sens, mais plus petite.

L’hypocorrection chirurgicale peut être: soit volontaire, pour prévenir une hypercorrection secondaire lors de l’évolution ultérieure; soit involontaire, par surestimation ou sous-estimation d’un des facteurs de la déviation.

• Hypocorrection dioptrique (ou sphérique): correction insuffisante d: une amétropie, aboutissant à une réduction de l’amétropie primitive, mais sans en changer le caractère et le sens.

L’hypocorrection dioptrique (sphérique) peut être: soit volontaire (par ex. pour faciliter au début le port d’une forte correction ultérieure indispensable); soit involontaire, en général par négligence du facteur accommodatif.

• Hypocorrection prismatique: correction insuffisante d’une déviation strabique au moyen d’un prisme, volontairement choisi trop faible (par ex. pour faciliter au début le port d’une correction totale ultérieure indispensable).
Hypométrie

Désigne un mouvement qui n’atteint pas son but.
Peu utilisé en strabologie.

Hypométropie

Synonyme de: « myopie  »; terme logique, mais désuet.

Hypophorie

Déviation strabique latente d’un des yeux vers le bas, par rapport à l’autre œil qui fixe.
Contrairement à toute réalité clinique, on a cependant adopté l’usage de ne parler des déviations verticales qu’en les désignant d’après l’œil le plus haut situé. On ne dira donc pas, par ex.
: « hypophorie gauche  » mais bien: « hyperphorie droite  » pour désigner la même entité clinique.

Hypotropie

Déviation strabique manifeste d’un des yeux vers le bas, par rapport à l’autre œil qui fixe.
Contrairement à toute réalité clinique, on a cependant adopté l’usage de ne parler des déviations verticales qu’en les désignant d’après l’œil le plus haut situé. On ne dira donc pas, par ex.
: « hypotropie gauche  » mais bien: « hypertropie droite  » pour désigner la même entité clinique. C’est particulièrement regrettable en matière de tropies, car la distinction entre les deux permettrait d’indiquer l’œil qui fixe, sans avoir à le redire par ailleurs comme on doit le faire pour les déviations horizontales.

Hystérie
Nom féminin

Définition: névrose d’origine émotionnelle ou affective, se manifestant par des signes fonctionnels et physiques sans lésions organiques décelables, et curable ou reproductible par suggestion.
Les manifestations de l’hystérie atteignent par prédilection les organes de la vie de relation, et en particulier la vision
; d’où de multiples signes visuels de l’hystérie: cécité, diplopie, blépharospasme, spasmes de convergence (pseudo-ésotropie), ptôsis, nystagmus, etc. Le plus important en strabologie est l’amblyopie hystérique.

Amblyopie hystérique

Amblyopie fonctionnelle bilatérale de cause névrotique et curable par psychothérapie.
Les principaux signes sont
:

• Son début tardif et brusque,
• Souvent chez une fille de 8 à 14 ans,
• Sans antécédents d’amétropie, de strabisme ou d’amblyopie,
• Avec une baisse visuelle bilatérale et symétrique à 1/10 - 3/10,
• Caractérisée par une lecture très lente et hésitante des optotypes, malgré une bonne coopération du sujet,
• Accompagnée typiquement d’un rétrécissement du champ visuel tubulaire ou spiralé,
• Sans anomalie objective à l’examen ophtalmologique,
• Mais où l’enquête étiologique retrouve un problème psychique scolaire, familial ou social,
• Guérissable par psychothérapie.
Référence: Legrand, 1973.