E Le « Dictionnaire du Strabisme » de Philippe Lanthony
Égocentre
Nom masculin
Centre subjectivement ressenti, faisant partie du schéma corporel, et à partir duquel le sujet localise les objets dans l’espace par rapport à son propre corps.
Dérivés :

Égocentrique
Adjectif
Qui concerne l’égocentre.

Égocentre visuel
Centre à partir duquel le sujet localise visuellement les objets par rapport à son propre corps.

Localisation égocentrique
Mode de localisation par lequel le sujet localise les objets par rapport à son propre corps.
Parfois appelée localisation absolue pour l’opposer à la localisation relative : localisation des objets les uns par rapport aux autres.

Emmétropie
Nom féminin
Condition physiologique normale du pouvoir de réfraction de l’œil ; elle est telle que la rétine se trouve située au foyer principal postérieur (plan focal image) du système optique oculaire ; l’image d’un point à l’infini se forme alors, en l’absence d’accommodation, exactement dans le plan de la rétine.
Antonyme : amétropie.
Dérivés :

Emmétrope
Adjectif, et nom masculin ou féminin
Qui a les caractères de l’emmétropie.

Emmétropisation
Nom féminin
Tendance de l’œil au cours de sa croissance à aboutir à une réfraction proche ou égale à l’emmétropie, grâce au développement équilibré et compensé des principaux éléments (longueur axiale, puissance du cristallin, courbure de la cornée) qui contribuent à la réfraction totale.
L’emmétropisation est prouvée statistiquement par le fait que l’emmétropie est plus fréquente dans la population que ne le font prévoir les calculs théoriques ; ainsi on observe que :
  • 64  % des yeux ont une réfraction comprise entre 0 et +1 dioptrie ;
  • 88  % des yeux ont une réfraction comprise entre 0 et +2 dioptries ;
  • 98  % des yeux ont une réfraction comprise entre -4 et + 4 dioptries.
Éso
Préfixe
Préfixe (gr.) signifiant : « en dedans  », avec une idée de mouvement. Il se distingue ainsi de «  endos  » qui signifie « en dedans  », avec une idée de repos. Il paraît donc légitime de l’utiliser en strabologie, et donc de préférer «  éso  » à « endos  » en disant par exemple : « ésotropie  », et non : « endotropie  », comme cela a parfois été proposé.
On notera que :
  • Le préfixe : « éso  » sert à dénommer seulement les déviations « en dedans  » qui se font dans le plan horizontal ; pour dénommer les torsions « en dedans  », on utilise le préfixe « in  » en disant par exemple « intorsion  » ou « incyclotropie  », et non « ésotorsion  » ou « ésocyclotropie  ».
  • La spécification : « en dedans  » est imprécise. Pour une déviation horizontale, elle signifie en fait que les axes visuels des deux yeux se rencontrent en deçà du point de fixation ; ou, plus précisément encore, que l’axe visuel de l’œil dévié rencontre l’axe visuel de l’œil fixateur en deçà du point de fixation.
  • L’usage de « éso  » est réservé en strabologie à la définition des déviations. Il est donc préférable de l’utiliser, ainsi que les termes qui en dérivent pour décrire les strabismes, plutôt que de parler de « strabisme convergent  ». La notion de « convergent  » est en effet équivoque, parce qu’elle peut alors s’appliquer à deux concepts différents, le mécanisme physiologique de convergence, ou la situation pathologique de déviation strabique. Et si certains strabismes sont effectivement en rapport avec un dérèglement des mécanismes de convergence, ce n’est pas le cas de tous. On doit donc dire, en général : « ésotropie  », et non : « strabisme convergent  ».
Dérivés :

Ésodéviation.

Ésophorie.

Ésoposition.

Ésotropie.

Exo
Préfixe
Préfixe (gr.) signifiant : « en dehors  ».
On notera que :
  • Le préfixe « exo  » sert à dénommer seulement les déviations « en dehors  » qui se font dans le plan horizontal ; pour dénommer les torsions « en dehors  », on utilise le préfixe très voisin « ex  », en disant par exemple « extorsion  » et « excyclotropie  », et non : « exotorsion  » et « exocyclotropie  ».
    La spécification « en dehors  » est imprécise. Pour une déviation horizontale, elle signifie en fait que les axes visuels se rencontrent au-delà du point de fixation, ou ne se rencontrent pas du tout, si l’angle de déviation est assez grand. Plus précisément encore, l’axe visuel de l’œil dévié rencontre l’axe visuel de l’œil fixateur si l’angle de déviation demeure inférieur à l’angle de convergence. Si l’angle de déviation est égal à l’angle de convergence, les axes visuels sont parallèles. Si l’angle de déviation est supérieur à l’angle de convergence, l’axe visuel de l’œil dévié ne rencontre pas l’axe visuel de l’œil fixateur, dont il s’écarte au contraire de plus en plus. C’est notamment le cas dans le regard à l’infini, où, par définition, l’angle de convergence est nul.
  • L’usage de «  exo  » est réservé en strabologie à la définition des déviations. Il est donc préférable de l’utiliser, ainsi que les termes qui en dérivent, pour décrire les strabismes, plutôt que de parler de « strabisme divergent  ». La notion de « divergent  » est en effet équivoque, parce qu’elle peut alors s’appliquer à deux concepts différents : le mécanisme physiologique de divergence, ou bien la situation pathologique de déviation strabique. Et si certains strabismes sont effectivement en rapport avec un dérèglement des mécanismes de divergence, ce n’est pas le cas de tous. On doit donc dire, en général : « exotropie  » et non : « strabisme divergent  ».

Dérivés :

Exodéviation.

Exophorie.

Exoposition.

Exotropie.