Torsion et torticolis David Lassalle
Définitions
• Torsion (dictionnaire de Lanthony): Rotation de l’œil autour de l’axe antéro-postérieur (axe Y de Fick).
• Torticolis (dictionnaire de Lanthony)
: Torsion du cou avec inclinaison de la tête dont l’origine est une anomalie oculomotrice.
Objectifs de l’étude

Analyser la corrélation éventuelle entre la torsion et le torticolis.
Quelles sont les pathologies oculomotrices susceptibles d’associer une inclinaison de la tête et une torsion
?

• La paralysie de l’Oblique Supérieur;
• La Déviation Verticale Dissociée (DVD).
Matériel et méthode
• 20 sujets normaux chez qui il a été réalisé: une mesure objective de la torsion (photo du fond d’œil);
• 16 patients présentant une paralysie congénitale de l’oblique supérieur chez qui il a été réalisé
:
¬ Une mesure du torticolis (Torticolimètre de Gracis),
¬ Une mesure subjective de la torsion (écran tangentiel),
¬ Une mesure objective de la torsion (photo du fond d’œil).
• 8 patients présentant une Déviation Verticale Dissociée (DVD) chez qui il a été réalisé
: une mesure objective de la torsion (photo du fond d’œil).

Chez ces patients, il n’a pas été réalisé de mesure du torticolis, ils ont donc été exclus de l’étude.

Mesure du torticolis

La mesure du torticolis a été réalisée à l’aide du torticolimètre de Gracis (figure n° 1). Cet appareil se présentant sous la forme d’une paire de lunettes permet de mesurer la composante horizontale, verticale et torsionnelle du torticolis.
Dans notre étude, nous ne nous sommes intéressés qu’à la composante torsionnelle du torticolis.

Mesure subjective de la torsion

La mesure de la torsion subjective s’est faite grâce à l’écran tangentiel (figure n° 2).

Mesure objective de la torsion

Pour chaque fond d’œil, l’angle en degrés entre l’horizontale passant par la fovéola et le pôle supérieur et inférieur (figure n° 3) a été mesuré à l’aide des logiciels:

• Adobe Illustrator® 9.0;
• Adobe Photoshop® 6.0
;
• NIH Image® 1.62.

L’analyse statistique a été réalisée par le logiciel StatView® 5.0.

Résultats
La torsion objective
Pour le sujet normal

Voir figure n° 4 a & b.

Pour la Paralysie de l’Oblique Supérieur

Voir figure n° 5 a & b.

En conclusion
• Pour le sujet normal:
¬ 5,4 ° entre le centre de la papille et la fovéola,
¬ Déviation standard ±3°,
¬ Valeurs normales
: -0,6° 5,4° 11,4°.
• Pour la Paralysie de l’Oblique Supérieur
:
¬ 7,348° entre le centre de la papille et la fovéola,
¬ Déviation standard ±5,356°,
¬ Valeurs pathologiques
: -3,364° ‹ 7,348°fi 18,06°.

On constate donc un chevauchement des populations comme le montre la figure n ° 6.

Comparaison de la torsion subjective en position et en adduction

On constate qu’il n’y a pas de différence statistiquement significative entre la torsion subjective mesurée en position primaire et celle mesurée en adduction (P-Value = 0,1169) (figure n° 7).

Comparaison de la torsion objective de l’œil paralysé et de l’œil non paralysé

Ici aussi, on constate qu’il n’y a pas de différence statistiquement significative entre la torsion objective de l’œil paralysé et celle de l’œil non paralysé (P-Value = 0,4554) (figure n° 8).

Corrélation entre la torsion objective et la torsion subjective

Il apparaît qu’il n’y a pas de corrélation entre la torsion objective et la torsion subjective (R^2 = 0,008) (figure n° 9).

Corrélation entre la torsion subjective et la valeur du torticolis

Dans environ 1/4 des cas, une corrélation est retrouvée entre la torsion subjective et la valeur du torticolis (R^2 = 0,221) (figure n° 10).

Corrélation entre la torsion objective et la valeur du torticolis

On constate qu’il n’y a pas de corrélation entre la torsion objective et la valeur du torticolis (R^2 = 0,004) (figure n° 11).

Conclusion

Au cours de cette étude, aucune différence statistiquement significative n’a été retrouvée entre la torsion objective de l’œil paralysé et celle de l’œil non paralysé ainsi qu’entre la torsion subjective en position primaire et en adduction.
De même, aucune corrélation n’a été retrouvée entre la torsion objective et la torsion subjective ainsi qu’entre la torsion objective et la valeur du torticolis.
Dans 1/4 des cas une corrélation entre la torsion subjective et la valeur du torticolis a été retrouvée.
Cependant, il faut noter que l’étude ne comportait que 16 cas. Pour des raisons techniques, l’étude de la torsion objective n’a pu être réalisée dans la position de torticolis. Enfin, seule la torsion objective monoculaire a été étudiée.
Au vu de cette étude, il semble que la torsion ne puisse expliquer à elle seule le torticolis.