Strabismes et lentilles de contact Marie-Noëlle George
Introduction

Nous avons étudié les dossiers de 65 patients âgés de 10 à 20 ans, hypermétropes plus ou moins fortement astigmates, présentant des antécédents de strabisme, ayant été opérés ou non, et portant une correction optique saturant l’hypermétropie.
Nous avons équipé ces patients en lentilles rigides, perméables à l’oxygène, en raison de
l’importance de la qualité de l’image rétinienne.
Nous avons prescrit une correction optique totale
en mesurant l’acuité visuelle sous Skiacol® avec les lentilles, ceci afin de supprimer au mieux les efforts accommodatifs.
Le caractère particulier du protocole d’adaptation réside dans l’importance capitale d’une correction optique totale; il faut, pour cela, connaître parfaitement la réfraction de départ et calculer l’équivalent-lentilles en se méfiant des tables d’équivalence qui sont souvent insuffisantes.
En cas d’astigmatisme associé, la puissance de la lentille devra correspondre à la correction totale de l’amétropie sphérique après avoir exprimé le cylindre en puissance négative.
Le matériau utilisé doit assurer une forte accessibilité de l’oxygène à la cornée, en raison de l’épaisseur au centre de la lentille.
La lentille d’essai sera de préférence surcorrigée et c’est la mesure d’acuité visuelle sous Skiacol avec la lentille qui permettra d’éviter le piège de l’équivalent-puissance.

Méthode

Nous avons mesuré:

• La réfraction sphérique des lunettes après avoir exprimé le cylindre en puissance négative;
• L’acuité visuelle de chaque patient avec ses lunettes, l’angle de déviation avec ses lunettes en vision de loin comme en vision de près
;
• La puissance des lentilles prescrites, l’acuité visuelle avec les lentilles, l’angle avec les lentilles en vision de loin et en vision de près.

Nous avons comparé:

• La puissance des lentilles prescrites par rapport à la puissance des lunettes (réfraction sphérique seule);
• L’acuité visuelle du sujet avec ses lentilles par rapport à l’acuité avec lunettes
;
• L’angle de loin avec les lentilles et l’angle de loin avec les lunettes chez le sujet en ésotropie
;
• L’angle de près chez ces mêmes sujets
;
• L’angle de loin avec les lentilles et l’angle de loin avec les lunettes chez les sujets en exotropie
;
• L’angle de près chez ces mêmes sujets.

Nous avons retenu pour les résultats comparatifs:

• 130 yeux en ce qui concerne la puissance des lunettes et des lentilles;
• 51 yeux pour l’acuité visuelle, en excluant les patients qui avaient 10/10e avec leurs lunettes comme avec leurs lentilles
;
• 38 patients avec un angle en ésotropie
;
• 21 patients avec un angle en exotropie
;
Enfin, 6 patients étaient orthophoriques.
Résultats

On constate la majoration de la puissance des lentilles par rapport aux lunettes de l’ordre de 1 à 2 dioptries, les plus fortes différences concernant les fortes amétropies qui étaient de l’ordre de 10 dioptries; enfin, dans les cas où la lentille est inférieure à la puissance des lunettes, il s’agit de patients fortement astigmates pour lesquels le serrage de la lentille sur le rayon cornéen le plus plat explique cette différence.
La différence d’acuité visuelle entre les lentilles et les lunettes montre une amélioration d’une ligne de la meilleure acuité visuelle corrigée chez le patient équipé de lentilles de contact.
La mesure de la différence de l’angle en vision de loin avec les lentilles par rapport à l’angle avec les lunettes chez les sujets en ésotropie montre, chez la plupart des sujets, un résultat pratiquement identique
; ceci est dû au fait qu’un grand nombre d’entre eux présentait un petit angle au départ.
La mesure de la différence de l’angle en vision de près chez ces mêmes sujets en ésotropie montre une diminution de l’angle chez un nombre significatif de patients équipés en lentilles.
À l’inverse, chez les patients en exotropie, la mesure de l’angle en vision de loin avec les lentilles montre, pour un certain nombre de patients, une aggravation de cet angle par rapport à ce qu’il était avec des lunettes.
En vision de près, par contre, l’aggravation touche moins de patients et les lentilles en améliorent davantage.
Enfin, plus l’angle de loin avec les lunettes était important plus grande est l’amélioration avec les lentilles.
Pour résumer ces différents graphiques, nous pouvons constater que
:

• La puissance des lentilles est toujours supérieure à la puissance des lunettes sauf en cas de fort astigmatisme;
• L’acuité visuelle est significativement améliorée avec le port des lentilles et ceci doit être retenu quand on connaît l’importance de la qualité de l’image rétinienne chez ces mêmes sujets
;
• L’amélioration de l’angle en vision de loin avec les lentilles est insignifiante pour les petits angles. Par contre, l’amélioration de l’angle en vision de près est significative et ce, d’autant plus que l’angle de près était supérieur à l’angle de loin
;
• Enfin, il est à noter que 6 enfants qui étaient orthophoriques en post-chirurgical avec leurs lunettes sont devenus discrètement exotropes avec les lentilles.
Conclusion

Les indications de ce type d’équipement chez l’enfant sont:

• Le retrait des lunettes pour des raisons esthétiques: l’équipement devient alors un équipement thérapeutique;
• L’existence d’un angle de loin important
;
• L’indication existe si l’angle de près est supérieur à l’angle de loin, d’où l’intérêt de ce type d’équipement dans les incomitances loin-près où l’on réduira bien souvent considérablement l’angle en vision de près et ceci d’autant plus que la puissance hypermétropique est élevée.

L’équipement doit être tenté en cas d’acuité visuelle non satisfaisante avec les lunettes.
Les limites de ce type d’équipement sont les angles en exotropie après la chirurgie et dans ces cas il faut être extrêmement prudent avant de prescrire des lentilles sans toutefois éliminer systématiquement ces patients de la possibilité d’un tel équipement.
C’est le contrôle comparatif systématique des angles de déviation existant avec les lentilles et avec les lunettes qui va permettre de déterminer les patients pouvant ou devant bénéficier de ce type d’équipement.