Le Strabisme Précoce - Présentation Un site fait pour vous par des professionnels.

Cahiers de Sensorio-Motricité
XXVIIe Colloque (2002)
Le Strabisme Précoce
v2.1
Organisation
: Alain Péchereau
Orateurs: JB Barberie, M de Bideran, V Capart, JC Charlot, D Denis, MA Espinasse-Berrod, G Klainguti, N Jeanrot, D Lassalle, F Oger-Lavenant, V Paris, C Rémy, A Roth, B Roussat, C Speeg-Schatz & D Thouvenin
Éditeur (2
002): A Péchereau & B Richard pour Lissac Opticien
Éditeurs (2
007): A & J Péchereau

Les auteurs
Jean-Pierre Barberie
Opticien
Lissac Opticien
Marie de Bideran
Ophtalmologiste
23, rue Montbazon
33000 Bordeaux
Tél.
: 0556813173
Véronique Capart
Orthoptiste
Hôtel-Dieu, CHU Nantes
Jean-Claude Charlot
Ophtalmologiste
228, Boulevard Raspail
75014 Paris
Tél.
: 0143224233
Courriel: CHARLOTJ@wanadoo.fr
Danièle Denis
Ophtalmologiste, professeur de faculté
Hôpital Nord, Marseille
Marie-André Espinasse-Berrod
Ophtalmologiste
145, avenue de Suffren, 75007 Paris
Tél.
: 0143066692
Courriel: ma.espinasse-berrod@wanadoo.fr
George Klainguti
Ophtalmologiste, professeur de faculté
Hôpital Jules Gonin, Lausanne, Suisse
Nicole Jeanrot
Orthoptiste
Castres
David Lassalle
Orthoptiste
Hôtel-Dieu, CHU Nantes
Courriel: david.lassalle@sante.univ-nantes.fr
Olivier Malauzat
Ophtalmologiste
188, rue de SaintGenès
33000 Bordeaux
Françoise Oger-Lavenant
Ophtalmologiste, praticien des hôpitaux
Hôtel-Dieu, CHU Nantes
Courriel: francoise.lavenant@chu-nantes.fr
Vincent Paris
Ophtalmologiste
La Campagnette, B-6900 Marche-en-Famenne/Belgique
Tél.
: 00 32 84314749
Courriel: vincent.paris@wol.be
Alain Péchereau
Ophtalmologiste, professeur de faculté
Hôtel-Dieu, CHU Nantes
Charles Rémy
Ophtalmologiste
36, cours Vitton
69006 Lyon
Tél.
: 0478744023
André Roth
Ophtalmologiste, professeur honoraire
25, chemin de Grand Donzel, CH-1234, Vessy, Genève
Courriel: andré_roth@bluewin.ch
Béatrice Roussat
Ophtalmologiste
Hôpital des XV-XX, Paris
Tél.
: 0140021520
Claude Speeg-Schatz
Ophtalmologiste, professeur de faculté
Clinique ophtalmologique, hôpitaux universitaires, BP 426, 67091 Strasbourg Cedex
Tél.
: 0388116053
Courriel: claude.speeg@chru-strasbourg.fr
Dominique Thouvenin
Ophtalmologiste
76 allées Jean Jaurès, 31000 Toulouse
Tél.
: 0561631516
Courriel: dr.thouvenin@wanadoo.fr

Avertissement
Alain Péchereau

Depuis 1975, l’équipe de la Clinique Ophtalmologique du Centre Hospitalier Universitaire organise des sessions orientées vers la strabologie de Formation Médicale Continue ouvertes aux Ophtalmologistes et aux Orthoptistes. Cette formation est, en dehors des Sociétés Savantes, la plus ancienne manifestation ophtalmologique en activité. Sans votre soutien, une telle pérennité n’aurait pas été possible.
En 1
989, le professeur Quéré a décidé d’éditer les actes des colloques annuels. Cet objectif n’a pu être atteint que:

• Grâce aux orateurs qui ont fait le double effort de préparer les exposés présentés aux différents colloques et de donner les textes de ces exposés mis en forme;
• Grâce au professeur Quéré qui a fait l’effort considérable d’assurer la mise en page de tous ces colloques pendant de nombreuses années (1
989-1993) et qui a bien voulu nous confier les documents d’origine;
• Grâce à la maison Opticien Lissac. Celle-ci a fait l’effort depuis le premier colloque de prendre en charge les frais d’édition et de diffusion de l’ensemble des actes de ces colloques. Rappelons que les actes de ces colloques ont tous été édités. Un certain nombre d’entre eux est encore disponible. Pour les obtenir, il faut s’adresser à « Lissac Opticien  » le plus proche de votre domicile. Les actes du colloque de l’année en cours sont disponibles pour la première fois au moment de la Société Française d’Ophtalmologie de l’année suivante sur le stand « Lissac Opticien  » et ceci à titre gracieux. Il ne sera mis en téléchargement libre que lors de la parution des actes de l’année suivante. Tous ces actes seront mis progressivement sur le site en format « A4  » et « .pdf  » et seront en téléchargement libre.

Les actes de ces colloques annuels représentent un fond documentaire d’une grande qualité et sont un ensemble sans équivalent en littérature française par leur qualité et leur diversité. De ce fait, il a semblé important de faire bénéficier l’ensemble de la communauté ophtalmologique et orthoptique française de l’ensemble de cette documentation.
Pour atteindre cet objectif, les orientations suivantes ont été retenues
:

• Remise en forme de l’ensemble de la documentation sous une forme informatique moderne;
• Une gratuité grâce à l’informatique, Internet et les possibilités du téléchargement.

Les efforts de tous, vous permettent d’avoir ce document de travail à votre disposition. J’espère qu’il vous permettra d’enrichir vos connaissances et vos réflexions dans le domaine de la strabologie.


Préface
Alain Péchereau

Depuis cinquante ans, le syndrome du strabisme précoce a fait l’objet d’une littérature particulièrement abondante qui a permis de définir son cadre nosologique. Mais c’est surtout dans le domaine expérimental que les progrès ont été les plus remarquables. Ces travaux permettent d’insister sur les points suivants (liste non limitative):

• Le strabisme précoce est une pathologie liée à une perturbation intrinsèque du système visuel.
• L’entrée dans le strabisme précoce peut être innée ou acquise.
• Si la binocularité normale ne s’instaure pas dans les premiers mois de vie (à partir de 3,5 à 4 mois et jusqu’à
? mois (la limite précise n’est pas encore connue)), elle ne s’instaurera plus. La fenêtre pour l’instauration d’une binocularité normale est étroite.
• Les phénomènes moteurs du strabisme précoce (nystagmus manifeste-latent et déviation verticale dissociée) sont reliés par un lien fort à la binocularité anormale. On peut même dire que ces deux symptômes sont l’expression motrice de la binocularité anormale. Ce sont de vrais signes moteurs de la correspondance rétinienne anormale et ils sont pathognomoniques de cette sensorialité anormale.

Le point clé de cet ensemble nosologique est la non-instauration d’une vision binoculaire. Les symptômes n’en sont que les conséquences. Deux d’entre eux résistent de façon plus ou moins importante à l’analyse: la déviation verticale dissociée et le torticolis (je ne parle pas de la composante liée à l’adduction). Cependant, on peut considérer que sur le chemin de la déviation verticale dissociée des pistes sérieuses ont été mises en place.
Ces progrès sont tellement considérables que l’on peut considérer que le strabisme précoce est la forme typique des strabismes.
Depuis ce colloque, des progrès importants ont eu lieu qui permettent de comprendre la microtropie et le simple strabisme convergent ou divergent. Mais tout cela va nous permettre d’organiser un nouveau colloque où nous aurons le plaisir de revoir certains d’entre vous.
Bonne lecture

Sur un sujet aussi difficile et novateur, je voudrais tout particulièrement remercier les collègues français et étrangers qui nous accompagnent dans cette formation depuis de longues années. Comme chaque année, vous trouverez les signatures de strabologues et d’orthoptistes francophones parmi les meilleurs
; qu’ils soient particulièrement remerciés de leur collaboration annuelle sans cesse renouvelée.
Je tiens à remercier l’ensemble des laboratoires qui nous soutiennent chaque- année par leur amicale présence. Cette année, j’aurais un mot particulier pour
:

• Lissac Opticien, dont le soutien se manifeste depuis de nombreuses années sous les formes les plus diverses. Cette année, cette collaboration s’est encore renforcée grâce au soutien de Madame Évelyne Lissacet de Monsieur Henry Saulnier; qu’ils en soient particulièrement remerciés.
• Le laboratoire Chauvin, Alcon & Pharmacia, partenaires de notre équipe.
• Mais également pour Essilor, Nidek & Théa.

Dans cette période de difficultés budgétaires, nous remercions, tout particulièrement, les laboratoires qui nous accompagnent dans l’organisation de cette manifestation.

Les références de cet ouvrage sont les suivantes
: « Auteurs  ». « Titre  ». In: « Le Strabisme Précoce  ». Ed A & J Péchereau. Nantes, 2007, « pages  ».

Les opinions émises dans le présent ouvrage doivent être considérées comme propres à leurs auteurs. L’éditeur n’entend leur donner aucune approbation ou improbation.

NB. Les erreurs ou les fautes étant consubstantielles à l’exercice de l’édition, n’hésitez pas à les signaler au webmaster par l’intermédiaire du site
: http://www.strabisme.net ou en écrivant à: webmestre@strabisme.net



Table des matières
Définition & Physiopathologie du Strabisme Précoce 1
Alain Péchereau
Définitions 1
Ésotropie infantile essentielle 1
Ésotropie infantile 1
Un nouveau concept 1
La correspondance rétinienne 2
La vision binoculaire 3
Situation actuelle 3
La rupture de la vision binoculaire 3
Pourquoi cette sensibilité
? 3
Les étiologies du strabisme précoce 4
Les conséquences du strabisme précoce 4
La Correspondance Rétinienne Anormale 4
L’Ésotropie 4
Le Nystagmus Manifeste-Latent 5
La Déviation Verticale Dissociée 5
L’Élévation en Adduction 5
L’Hypermétrie de Refixation 6
L’association du moteur et du sensoriel 6
Définition 6
À propos du développement de la vision chez le jeune enfant 9
Claude Speeg-Schatz
Évolution de l’oculo-motricité 10
Le réflexe vestibulo-oculaire 10
Le signe du manège 10
Le nystagmus optocinétique (NOC) 10
Les mouvements d’attraction visuelle et de poursuite 10
L’accommodation et la vergence 10
La vergence 11
Évolution des fonctions visuelles 11
L’exploration dans l’espace 11
La discrimination temporelle 11
La discrimination spatiale 11
La conquête du monde environnant 11
Synthèse 12
Le développement de l’acuité visuelle 12
Le développement de la sensibilité au contraste 12
Le développement de la vision des couleurs 12
Le développement de l’union binoculaire 12
Facteurs de risques de l’ésotropie précoce 15
Danièle Denis, Pierre Wary et C Bernard
Facteurs majeurs 15
L’hérédité 15
La prématurité 16
Les lésions neurologiques 17
Facteurs mineurs 18
Amétropie 18
Microtropie 18
Autres facteurs environnementaux 18
Le tabac 18
L’Alcool 18
Autres facteurs
: 18
Le syndrome du strabisme précoce 21
Dominique Thouvenin
Antécédents 21
L’Âge de début des signes 21
Le facteur accommodatif 21
Les anomalies sensorielles 21
Anomalies oculomotrices 22
Les signes apparaissant sur l’œil fixateur (OF) 22
Les signes apparaissant sur l’œil non fixateur (ONF) 22
Le dépistage des strabismes précoces 23
Claude Speeg-Schatz
L’interrogatoire 23
L’observation du comportement visuel spontané 23
Le type de fixation 23
Le dépistage de l’amblyopie 23
L’examen clinique 23
L’étude de la poursuite et des saccades 24
Le bi-prisme de Gracis 24
Le nystagmus optocinétique 24
Le dépistage de l’amblyopie par les cartons de Teller 24
La déviation horizontale 25
Alain Péchereau
La déviation horizontale 25
La répartition 25
L’importance de la déviation 25
L’évolution 25
La variabilité 26
La fixation en adduction 26
La difficulté d’abduction 27
Le torticolis horizontal 27
La réaction à l’occlusion 27
La position sous anesthésie générale 28
La dissociation 28
La Déviation Horizontale Dissociée 28
L’ésodéviation d’occlusion des ésodéviations 29
L’ésodéviation d’occlusion des exodéviations 29
L’incomitance de latéralisation 29
La réfraction 29
Le facteur accommodatif 29
Le nystagmus [Manifeste-Latent] 31
Les éléments verticaux?DVD et hyperaction de l’oblique inférieur 35
Véronique Capart
Opposition de deux facteurs verticaux 35
Étiopathogénie 35
Théories sur l’hyperaction de l’oblique inférieur 36
De quelle hyperaction de l’oblique inférieur parlons-nous
? 36
Fréquences de la DVD et de l’hyperaction de l’oblique inférieur avant 2 ans 36
Une disparité dans les pourcentages 36
L’élévation en adduction est-elle un élément du syndrome du strabisme précoce? 37
Séméiologie de la DVD 37
Les éléments associés 37
Examen clinique 38
La déviation verticale 38
La manœuvre de Bielschowsky 38
La direction du torticolis 38
Les variations de la verticalité suivant l’inclination de la tête 38
Le problème du diagnostic différentiel 39
Quand l’élévation en adduction est-elle une DVD? 39
Quand l’élévation en adduction n’est-elle pas une DVD
? 39
Quand l’élévation en adduction n’est pas une DVD, est-ce une DVR
? 39
L’élévation en adduction est-elle si différente de la DVD
? 39
En résumé 40
Le diagnostic différentiel quantitatif 40
Quelles sont les conséquences d’une erreur diagnostique
? 40
Pour quelles raisons? 41
Conduite à tenir devant un torticolis oculaire 43
Charles Rémy
Définition 43
Principe général 43
Analyse de la position de torticolis 43
Bilan oculaire indispensable 43
Les signes associés 44
Rôle du torticolis: amélioration de la fonction visuelle 44
Monoculaire 44
Binoculaire 44
Motrice 45
Traitement 46
Médical 46
La chirurgie reste souvent le traitement de choix 46
Kinésithérapie 46
Conclusion 46
Cycloplégie et réfraction 47
Jean-Claude Charlot
Introduction 47
La réfraction 47
L’élément cylindrique 47
L’élément sphérique 48
La cycloplégie: comment? 48
L’atropine 48
Le Skiacol (r) (Cyclopentolate) 49
Quand effectuer les cycloplégies
? 49
Détermination de la réfraction sous cycloplégie 50
Conclusion 51
L’amblyopie dans les ésotropies précoces 53
Marie de Bideran
Définition 53
Introduction 53
Littérature 53
Étude de dossiers 53
Patients 53
Âge de la première consultation 54
Fréquence de l’amblyopie 54
Profondeur de l’amblyopie 54
Durée du traitement 55
Généralités 55
Occlusion 55
Filtre (Ryser 0,1) 56
Pénalisation optique 56
Antécédents généraux 57
Les conséquences sensorielles binoculaires des strabismes précoces 59
André Roth
Le cadre nosologique des strabismes concomitants précoces 60
Les conséquences sensorielles 61
Le diagnostic des anomalies sensorielles 62
Le traitement des conséquences sensorielles 63
Trois questions EN guise de conclusion 64
Le test de correspondance rétinienne dit test de la diplopie provoquée selon Buchmann-Cüppers 67
André Roth
La méthode 67
Les résultats 68
1re possibilité 68
2e possibilité 69
3e possibilité 70
Syndrome du monophtalme congénital 71
Béatrice Roussat
Description 71
Physiopathologie 71
Traitement 72
Strabisme précoce et cataractes congénitales unilatérales 73
Dominique Thouvenin
Matériel et méthode 73
Résultats 73
Acuité visuelle monoculaire 73
Vision binoculaire 73
Discussion 76
Strabisme congénital et nystagmus 77
Béatrice Roussat
Physiopathologie 77
Aspects cliniques 78
Prédominance du strabisme 78
Prédominance du nystagmus 78
Association à parts égales d’un strabisme et d’un nystagmus 78
En pratique 79
Strabisme précoce et risques de diplopie 81
Nicole Jeanrot
Peut-il y avoir un risque de diplopie dans les strabismes précoces
? 81
Le suivi orthoptique 81
L’intervention 82
Quand peut-il exister une diplopie consciente, permanente, gênante dans la vie courante
? 82
Prise en charge d’un strabisme précoce 83
David Lassalle
L’information 83
Définition de la pathologie 83
Définition des risques 83
L’amblyopie 83
Les déficits de la vision binoculaire 83
Distribution des rôles 84
Rôle de l’équipe soignante 84
Les parents 84
Les institutions collectives et l’insertion professionnelle 86
Âge d’apparition d’une réaction négative vis-à-vis d’un strabisme 86
Étude de l’aspect psychosocial des strabiques 86
Impact d’une importante déviation strabique pour l’obtention d’un emploi 86
Conclusion 87
La correction optique dans le strabisme précoce 89
Marie Andrée Espinasse-Berrod
Pourquoi Prescrire
? 89
Correction optique indispensable pour éliminer un strabisme accommodatif 89
Correction optique indispensable pour éliminer la part accommodative du strabisme (vergence accommodative) 89
Correction optique utile pour un support des secteurs chez les petits 89
Que prescrire? 90
Expliquer aux parents 90
Cas cliniques 90
Lunettes et verres 93
Jean-Pierre Barberie
Les verres 93
Caractéristiques des verres ophtalmiques 93
Le duo gagnant 94
Les montures 94
Quels sont les objectifs à atteindre pour bien équiper un enfant? 94
Comment faire pour atteindre ces objectifs
? 95
Le traitement médical des strabismes précoces 97
Charles Rémy
Les différents moyens 97
L’occlusion 97
Les artifices de la correction optique 97
La pharmacologie 98
L’orthoptie 98
Indications de la toxine botulique dans les ésotropies précoces 101
Françoise Oger-Lavenant
Pourquoi utiliser de la toxine botulique
? 101
Mécanisme d’action 101
Conséquences pratiques du mécanisme d’action 101
Matériel et méthode 102
Effets chimiques de toxine 102
Annonce aux parents 102
Quand prévoir l’injection de toxine
? 103
Surveillance post-injection 103
Quand réinjecter
? 103
Comment opérer les ésotropies précoces? 105
Françoise Oger-Lavenant
Les préalables 105
Le jour « J  » 105
Le jour « J  » 105
Quand l’œil est choisi: 105
Le jour « J  »: le test d’élongation musculaire 106
Le jour « J  »
: principes de la chirurgie 106
Le jour « J  »
: principes de la chirurgie horizontale 106
Le jour « J  »
: principes de la chirurgie verticale 106
Le jour « J  »
: les protocoles opératoires 106
Le jour « J  »
: les facteurs verticaux 107
Opérer… pour quel résultat? 109
Vincent Paris
Complexité de la classification des résultats 109
Résultat moteur 109
Résultat sensoriel binoculaire 109
Résultat sensoriel monoculaire 110
Résultat en fonction de l’âge du traitement 111
L’étude européenne 111
La chirurgie ultra-précoce 112
Chirurgie précoce et facteurs verticaux 113
Résultat en fonction de la complexité du tableau clinique 113
Résultat par la toxine botulique 115
Un âge optimal? 115
Action sur le facteur vertical 116
Action sur le nystagmus latent 116
Risque d’exotropie consécutive 116
Résultats fonctionnels chez l’adulte 116
Gain campimétrique 116
Gain bi-oculaire spatial 116
Gain proprioceptif 117
Gains sous-évalués 118
Anatomisation du facteur vertical 118
Analyse des résultats 118
Statut accommodatif 118
Statut neurologique 119
Biais 119
Aspects particuliers 120
La déviation horizontale inverse 120
L’hypotropisation de la DVD asymétrique 120
Nouveaux concepts étiopathogéniques et nouveaux résultats thérapeutiques de la DVD 121
DVD et syndrome alphabétique 122
Amblyogénicité postopératoire de la chirurgie précoce 122
Incidence de l’exotropie consécutive 122
Aspect esthétique 123