Le test de correspondance rétinienne dit test de la diplopie provoquée selon Buchmann-Cüppers André Roth

Ce test dit test de la diplopie provoquée est dû à Buchmann et Cüppers. Il examine en même temps la relation sensorielle bifovéolaire et la relation sensorielle entre la fovéola de l’œil fixateur et le point correspondant moteur de l’œil non fixateur. Il mesure l’angle objectif, l’angle subjectif et l’angle d’anomalie. Il est habituellement effectué en vision éloignée à 5 m; mais il peut aussi bien l’être en vision rapprochée à 30 cm.
Ce test paraît, à tort, difficile à comprendre. Celui qui l’a assimilé, a compris les notions de base de l’orthoptique (Hugonnier). C’est un test précis, très utile pour nous aider à trancher entre une correspondance normale ou anormale.

La méthode

L’œil fixateur fixe la lumière de la croix de Maddox à travers un verre rouge sombre (en gris sur les figures): du fait de la densité du verre, il ne voit que ce point lumineux rouge. Le sujet fixe ce point et le perçoit droit devant lui; il construit son espace visuel par référence à ce point (figure n° 1).
La fovéola de l’œil non fixateur est repérée par une post-image verticale appliquée sur cet œil. Celui-ci voit en outre la croix de Maddox et, en particulier, son point de fixation en blanc (figure n° 2).

Les résultats
1re possibilité

La post-image est alignée avec le point lumineux rouge: cela signifie que les deux fovéolas ont la même valeur spatiale et sont binoculairement correspondantes, autrement dit que la correspondance rétinienne est normale. L’angle d’anomalie est égal à 0 (distance entre la post-image et le point rouge). Si le sujet est strabique, la lumière de la croix de Maddox (vue blanche) se projettera sur le point excentrique correspondant moteur (selon l’angle strabique) de la rétine de l’œil non fixateur et sera par conséquent vue en diplopie. La distance entre le point lumineux blanc et la post-image (fovéolaire) correspond de ce fait à l’angle objectif et dans ce cas aussi à l’angle subjectif (distance entre les points lumineux rouge et blanc) (figures n° 3a et 3b).

2e possibilité

Le point lumineux blanc est superposé au point lumineux rouge: cela signifie que la fovéola de l’œil fixateur et le point excentrique correspondant moteur (selon l’angle strabique) de l’œil non fixateur ont la même valeur spatiale et sont binoculairement correspondants, autrement dit que la correspondance rétinienne est anormale (CRA harmonieuse). La distance entre le point lumineux blanc et la post-image correspond, comme précédemment, à l’angle objectif. La distance entre la post-image et le point lumineux rouge correspond à l’angle d’anomalie. L’angle subjectif est égal à 0 (distance entre les points lumineux blanc et rouge) (figures n° 4a et 4b).

3e possibilité

Le point lumineux rouge se trouve entre le point lumineux blanc et la post-image: cela signifie que l’angle objectif a augmenté du fait de l’effet dissociant du test (correspondance rétinienne anormale dysharmonieuse). L’angle subjectif et l’angle d’anomalie restent inchangés par rapport à la 2e possibilité (figure n° 5).