Les surcorrections optiques Claude Speeg-Schatz
Introduction

Les surcorrections optiques se définissent par l’adjonction de dioptries positives à une correction optique donnée. Cette adjonction nécessite au préalable une réfractométrie précise sous cycloplégique avec pour objectif la prescription de la correction optique totale, seul paramètre potentiellement neutralisable au niveau du dérèglement de l’accommodation-convergence, cette correction optique devant être continuée dans le temps avec une monture adaptée à l’âge de l’enfant et à sa morphologie.

Classification et buts de la correction optique

La surcorrection optique peut être réalisée de près, de façon bilatérale ou unilatérale.

Surcorrection de près bilatérale

Dans la surcorrection de près bilatérale, on ajoute une correction optique de + 3 dioptries, soit par des verres bifocaux, soit par des verres progressifs. Cette surcorrection a un effet anti-accommodatif et permet de lutter contre l’incomitance loin/près.
La surcorrection optique de près bilatérale est réalisée par une surcorrection de + 3 dioptries par verres bifocaux à la Franklin jusqu’à l’âge de 8 ans, puis par verres progressifs. Les verres bifocaux sont plus inesthétiques et non acceptés après l’âge de 8 ans. Les verres progressifs sont plus légers, plus esthétiques et permettent une adaptation facile chez l’enfant.
Cette surcorrection bilatérale de près a un intérêt dans les strabismes accommodatifs avec ésodéviation résiduelle de près et orthotropie de loin et est volontiers proposée avant une Fadenoperation dans l’incomitance loin/près ou après un premier temps chirurgical.
La valeur de la surcorrection optique de près bilatérale varie selon les auteurs de + 3,5 au verre le plus faible diminuant l’incomitance (1, 2).

Surcorrection unilatérale

La surcorrection unilatérale est obtenue par une pénalisation de loin par + 3 dioptries de l’œil fixateur. On essaiera de réaliser une balance spatiale entre l’œil dominant que l’on pénalise de loin et l’œil dominé utilisé de près. Certains auteurs ajoutent de l’Atropine dans l’œil dominant pour supprimer la vision de près et réaliser ainsi un traitement de l’amblyopie de l’œil dominé.
Le but de cette surcorrection est la suppression de l’accommodation, la réduction angulaire et le traitement ou la prévention de l’amblyopie légère, ainsi que celui de la dominance oculaire.
La surcorrection optique de près unilatérale est réalisée par une surcorrection allant de + 1,5 à 3 dioptries selon les auteurs, notamment dans les amblyopies légères ou moyennes, ou en alternance pour assurer la prophylaxie de la récidive de l’amblyopie. Cette surcorrection peut se faire éventuellement par l’adjonction d’un press-on.

Pénalisation optique alternée

Enfin, la pénalisation optique peut être alternée, de loin en rajoutant 3 dioptries dans 2 paires de lunettes, ce qui permet la prévention et/ou l’entretien du traitement de l’amblyopie.

Les surcorrections optiques nécessitent des impératifs optiques
• Par un parfait centrage des verres;
• La surcorrection doit effleurer le centre de la pupille en vision de loin afin que le foyer inférieur soit utilisé
;
• Gros efforts de la société ESSILOR concernant la prise en charge financière des verres progressifs chez l’enfant.

Nous rappelons que la surface du champ du regard de l’enfant est superposable à celle de l’adulte, sauf dans le cadran inféro-nasal: la racine du nez inexistante n’ampute pas le champ du regard.
La zone la plus employée en vision à distance se trouve chez l’enfant en haut du champ du regard
: la surface du verre doit de ce fait couvrir tout le champ du haut (sinon l’enfant triche et regarde par-dessus son foyer inférieur).
Les champs du regard binoculaire se recouvrent
: il est donc nécessaire de ne pas prescrire des ponts trop larges.
Enfin, le montage des multifocaux est nécessité par l’application du menton sur le thorax pour voir de près.

Résultats des bifocaux dans les ésotropies accommodatives de près
1 ère étude: Ludwig J Pediatr Ophtalmol Strabismus 1989 (3)
• 65 enfants ont été équipés par des bifocaux afin d’assurer l’alignement de près sur 10,5 ans;
• 61,5  % des enfants ont pu arrêter le port des bifocaux après 5, 5 ans
;
• 38,5  % ont dû poursuivre après 10 ans de suivi.

Dans le 1er groupe la moitié des enfants et dans le 2e groupe 36  % des enfants ont subi une chirurgie complémentaire permettant une réduction de 10 dioptries de l’angle résiduel de près. Les enfants tributaires des bifocaux avaient un rapport AC/A plus élevé et restent dépendants de la correction optique même après chirurgie (on peut considérer que le rapport AC/A élevé au départ représente un facteur prédictif).

2e étude: von Noorden Am J Ophtalmol 1978 (4)

Sur 84 enfants:

• 12 ont pu arrêter le port des bifocaux;
• 19 ont vu une réduction progressive de leur addition positive
;
• 39 enfants sont restés tributaires des bifocaux
;
• 14 ont détérioré leur fusion (avec un rapport AC/A bas et augmentation progressive de l’ésodéviation de près).
Les lentilles progressives dans l’ésotropie accommodative

Elles peuvent représenter une bonne alternative assurant une amélioration esthétique ainsi qu’une amélioration de la relaxation de la convergence dans la zone intermédiaire. Il faut rappeler, néanmoins, les difficultés de pose chez le tout-petit.

Conclusion

Après un traitement médical bien conduit, port de la correction optique totale et traitement de l’amblyopie par occlusion, on peut proposer une prescription avec surcorrection de près. Celle-ci est parfois prescrite après un 1er temps chirurgical avec angle résiduel de près uniquement.
Des essais d’une addition de 3 dioptries en cours d’examen clinique avec évaluation de l’angle de loin et de près sont intéressants.

Références

1. Dyer JA. Mechanisms and treatment of strabismus in children
W V Med J. 1
968 Jan; 64, 1: 14-6.No abstract available.
2. Smith JB. Progressive-addition lenses in the treatment of accommodative esotropia. Am J Ophtalmol. 1
985 Jan 15; 99, 1: 56-62.
3. Ludwig IH, Parks MM, Getson PR. Long-term results of bifocal therapy for accommodative esotropia. J Pediatr Ophtalmol Strabismus 1
989; 26, 6: 264-70.
4. von Noorden GK, Morris J, Edemann P. Efficacy of bifocals in the treatment of accommodative estropia. Am J Ophtalmol 1
978; 85, 6: 830-4.