Les critères d'une bonne stéréoscopie André Roth
1. Que voulez-vous dire quand vous dites qu’un sujet est binoculaire?
2. L’acquisition ou la récupération de la vision stéréoscopique st l’objectif ultime du traitement du strabisme (le Cervin de la vision binoculaire pour le Prof. J. Lang). Par quel(s) traitement(s) (r)éduque-t-on la vision stéréoscopique
?
3. Qu’appelez-vous une « bonne  » vision stéréoscopique
?
4. Pour quelles raisons, les opérés de strabismes ne développent-ils pas tous une vision stéréoscopique de la même manière
? Autrement dit, quels sont les facteurs dont le rôle est déterminant pour le développement de la vision stéréoscopique?
5. Dans quelle mesure, la correspondance rétinienne anormale est-elle un facteur limitant du développement de la vision stéréoscopique
?
6. Quand et comment testez-vous la vision stéréoscopique chez un opéré de strabisme
?
7. Quel lien y a-t-il entre les résultats de ces tests utilisés, et la vision stéréoscopique effective dans la vie courante
?
8. Quels signes indirects témoignent-ils de l’acquisition d’une vision stéréoscopique chez l’enfant ésotrope précoce opéré de son strabisme vers l’âge de deux ans
?
9. Peut-on perdre la vision stéréoscopique en dehors de l’apparition d’un strabisme concomitant ou paralytique, d’une impotence musculaire ou d’une aphakie unilatérale
?
10. Quelles sont les implications professionnelles d’une vision stéréoscopique insuffisante
? Sur quels tests, fondez-vous votre décision d’inaptitude?