L'amblyopie jusqu'où traiter ? Le traitement d'entretien Béatrice Roussat
Introduction

S’il est capital de dépister une amblyopie et de la traiter efficacement par une occlusion, il est également important de ne pas se satisfaire trop rapidement des progrès obtenus et de savoir organiser le suivi thérapeutique à long terme.

À quel type d’amblyopie s’adresse le traitement d’entretien?

Le traitement d’entretien est indispensable dans tous les cas d’amblyopie unilatérale. L’origine de l’amblyopie est en général fonctionnelle, mais parfois organique.
Dans certains cas, il s’agit d’un cas d’amblyopie profonde, qui a déjà bénéficié d’un traitement par occlusion et qui a récupéré une acuité presque normale en vision de loin. Le but du traitement prolongé est de maintenir, voire d’améliorer l’état visuel.
Dans d’autres cas, il s’agit d’un malade atteint d’une amblyopie relative, découverte de façon fortuite tardivement (après 3 ans), malade dont l’acuité visuelle est subnormale de près mais médiocre de loin.

Quels sont les objectifs du traitement?

Après la correction parfaite des troubles réfractifs éventuellement présents, le but du traitement d’entretien est de passer de l’occlusion totale à une occlusion partielle, par pénalisation sur les verres de lunettes ou par modification des verres eux-mêmes.

Quels sont les moyens de traitement?

La pénalisation peut être réalisée par la pose d’un papier opaque ou translucide non calibré (type Vénilia) ou par des filtres laissant une acuité chiffrable (filtres Ryser calibrés de 1/10e à 10/10e).
On peut également modifier volontairement la correction optique devant l’œil sain, soit pour une surcorrection, soit pour une sous-correction.
La première méthode permet des modifications faciles de l’intensité de la pénalisation. La seconde demande un changement des verres pour chaque étape de la pénalisation, ce qui représente un coût non négligeable.

Quelle est la technique habituelle?

La pénalisation se fait en général de façon unilatérale devant l’œil fixateur. Plus tard, quand l’isoacuité est obtenue, elle peut se faire en alternance avec un rythme régulier ou irrégulier.
En cas d’amblyopie unilatérale, il faut rappeler aux parents que l’enfant ne doit pas regarder par-dessus le verre, même de façon fugace. L’absence de progrès lors de la consultation de contrôle doit faire évoquer une telle « tricherie  ». Pour prévenir celle-ci ou pour la supprimer, on peut repasser à une occlusion stricte (par Opticlude ®) pendant les soirées et les périodes d’inactivité scolaire.

Quelles sont les causes d’échec?

L’échec du traitement peut être lié à un abandon trop précoce, à l’installation d’une « tricherie  » rendant la pénalisation inefficace ou à une mauvaise correction des troubles réfractifs.
L’abandon de la pénalisation ne peut être ni précoce ni brutal. On considère que la pénalisation doit être poursuivie au moins jusqu’à l’âge de 7 ans, avec des contrôles cliniques semestriels.
La « tricherie  » doit être dépistée et traitée rapidement par reprise de l’occlusion complète.
Les anomalies de la réfraction peuvent être évolutives. Elles doivent être évaluées une fois par an, par un examen sous cycloplégiques, puis corrigées parfaitement.

Au total

La rééducation d’une amblyopie ne passe pas seulement par le traitement d’attaque, mais aussi par un traitement d’entretien qui s’étend sur de nombreuses années. Les contraintes de ce traitement doivent être expliquées à l’enfant et à ses parents. Il faut être soi-même convaincu (et savoir convaincre) de l’importance de cette étape thérapeutique.